Rhizarthrose

Symptômes et traitements

Correspondant à l’arthrose entre le trapèze et le premier métacarpien, la rhizarthrose constitue l’une des causes les plus fréquentes de douleur de la base du pouce.
Au début, la pathologie se manifeste par des crises douloureuses plus ou moins régulières, et déclenchées par le mouvement.

Avec le temps, la douleur devient de moins en moins “gérable” par le patient, et justifie une prise en charge spécifique.

L’équipe du CMEM se tient à votre disposition en cas de besoin.

Qu’est-ce que la rhizarthrose ?

Elle est définie comme l’arthrose isolée de l’articulation entre le trapèze et la base du métacarpien du pouce.

Pour mémoire, la façon la simple de définir l’arthrose est l’usure du cartilage d’une articulation. Le cartilage est la surface de glissement entre les deux os qui constituent l’articulation. Une fois ce cartilage usé, les deux os sont en contact l’un avec l’autre, ce qui est à l’origine de douleurs. Malgré les nombreuses études sur la régénération du cartilage, ce tissu doit encore être considéré comme un capital, qui, une fois consommé, ne peut pas être reconstitué.

Image : radiographie d’une rhizarthrose
radiographie d’une rhizarthrose

Quels sont les symptômes de la rhizarthrose ?

La rhizarthrose est à l’origine de douleurs de la base du pouce, puis de déformation de la colonne du pouce.

Le siège le plus fréquent de la douleur est situé dans la tabatière anatomique, sur le bord latéral du poignet donc. Au début, la douleur évolue par crises, souvent déclenchées par l’utilisation de la main. Plus le temps passe, plus les crises se rapprochent les unes des autres, et la douleur peut finir par être quasi permanente.

La déformation du pouce commence par une bosse à la base du pouce, d’abord liée à une production excessive d’os, appelés ostéophytes. L’articulation trapézo métacarpienne peut ensuite de subluxer, majorant d’autant l’aspect de bosse. Avec le temps, le pouce peut se déformer dans son ensemble, constituant ce que l’on appelle un pouce en M. La première commissure, entre l’index et le pouce, tend à se fermer.

Vues dans son ensemble, l’association des douleurs et des déformations limite les possibilités d’utilisation du pouce, et de ce fait, de la main.

Image : radiographie d’un pouce en M
Rhizarthrose Pouce en M

Avec quelles autres pathologies peut-on confondre la rhizarthrose ?

La rhizarthrose est l’une des causes les plus fréquentes de douleur dans la région du pouce, avec la tendinite de De Quervain, et les entorses de la métacarpo-phalangienne du pouce.

L’arthrose péri trapézienne (arthrose entre le trapèze et le scaphoïde, associée à une rhizarthrose) constitue une pathologie proche de la rhizarthrose, mais son traitement ne peut pas s’envisager de la même façon. En effet, ne traiter que les douleurs liées à l’articulation trapézo-métacarpienne, reviendrait à négliger celles liées à l’articulation scapho-trapézienne. Le résultat serait alors incomplet.

Une consultation avec votre chirurgien permettra de préciser le diagnostic, à l’aide d’examens complémentaires (le plus souvent, radiographie et échographie). Une fois le diagnostic établi, un traitement adapté pourra vous être proposé.

Douleur rhizarthrose

Comment prendre en charge la rhizarthrose ?

 Comme expliqué précédemment, la rhizarthrose est essentiellement un phénomène d’usure du cartilage entre le trapèze et la base du premier métacarpien. S’il n’existe pas réellement de traitement pour prévenir cette usure, il n’existe pas non plus en l’état actuel des choses une manière de régénérer ce cartilage. Le traitement a donc pour objectif de soulager la douleur et de restaurer la fonction.

Dans un premier temps, le traitement médical peut-être efficace : il consistera en une infiltration et dans le port d’une attelle pour soulager les crises douloureuses.

Avec le temps, ce traitement devient inefficace. Une chirurgie sera alors proposée. Différentes techniques existent, et vous seront proposées par votre chirurgien en fonction de la forme particulière de votre arthrose, et de son stade évolutif.
Si la trapézectomie totale est le traitement historique de la rhizarthrose, les prothèses trapézo-métacarpiennes, ont connu un essor important du fait d’une récupération plus rapide. L’équipe du CMEM se tient à votre disposition pour répondre à vos questions.

POSER VOTRE QUESTION SUR LA RHIZARTHROSE

Nos chirugiens vous répondent 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Une prise en charge axée sur :

Une relation de proximité

Une expertise

Une prise en charge de la douleur

Un retour rapide à la mobilité