Pathologies Acromio-claviculaires

Entorses, Luxations, Disjonctions et Arthrose

L’articulation acromio-claviculaire est une des articulations de l’épaule. Fréquemment touchée lors de traumatismes sportifs (entorses, disjonctions), elle peut-être aussi source d’arthrose et de douleurs chroniques.
Bien que peu souvent chirurgicale, sa prise en charge est spécialisée.

Les chirurgiens de l’épaule du CMEM se tiennent à votre disposition pour vous renseigner sur cette pathologie et sa prise en charge.

Qu’est ce que l’articulation Acromio-claviculaire ?

C’est une des articulations de l’épaule. Comme son nom l’indique, elle implique l’acromion et la clavicule. Il s’agit d’une articulation de type plane qui n’a que très peu de mobilité, mais qui est très stable. Elle est stabilisée par des ligaments entre l’acromion et la clavicule, et des ligaments entre la clavicule et la coracoïde.

Entorses, luxations, Disjonction acromio-claviculaire

En fait ces trois termes regroupent la même pathologie. Il s’agit d’étirement ou de ruptures ligamentaires, plus ou moins graves, qui intéressent l’articulation acromio-claviculaire.
Fréquents au rugby ou après une chute de vélo : elles sont le reflet d’un traumatisme direct sur le moignon de l’épaule.

 

La classification se fait en 6 stades selon Rockwood

La classification se fait en 6 stades selon Rockwood

Quand opérer une disjonction acromio-claviculaire ?

Dans les traumatismes les plus bénins, stades 1 et 2, les ligaments sont intacts, et il n’est pas nécessaire d’opérer.

Dans les traumatismes plus avancées, stade 4 et 5, on retrouve une instabilité de la clavicule et de l’acromion qui entraînera une gêne au long cours. Il est donc nécessaire d’opérer en aigue, afin de faire cicatriser les ligaments et donc éviter cette gêne future.

Dans le stade intermédiaire, stade 3, l’indication chirurgicale est une discussion entre le patient et le chirurgien. On retrouve 20% de patients qui seront gênés à terme par cette disjonction.

L’examen clinique de votre chirurgien peut vous préciser si vous êtes à risque d’avoir des séquelles. Par exemple si il retrouve une incarcération de vos muscles dans l’articulation.

Parfois l’inconfort de se projeter avec une clavicule qui reste toujours saillante peut motiver les patients à demander une intervention.

Au CMEM, la chirurgie est réalisée sous arthroscopie. Elle permet le positionnement d’un bouton prenant appuie sur la coracoïde sous contrôle de la caméra.

Entorses, luxations, Disjonction acromio-claviculaire

Que faire sur les disjonctions acromio-claviculaire ancienne et gênante ?

Si on souhaite que les ligaments cicatrisent, il faudra opérer dans les 2-3 semaines suivantes le traumatisme. Malheureusement, ce n’est pas toujours possible.

Parfois les disjonctions qui semblaient ne pas nécessiter de chirurgie, font toujours mal au long cours. Il devient alors nécessaire de les opérer.

Puisqu’il n’est pas possible de faire cicatriser les ligaments, il faut donc prélever un ligament de l’épaule (le ligament Acromio-coracoïdien), puis le transférer sur la clavicule afin de la stabiliser.

Parallèlement à ceci, il faut redonner une stabilité à l’articulation acromioclaviculaire à l’aide de 2 ligaments artificiels.

Quel est le traitement de l’arthrose acromio-claviculaire ?

La majorité du temps cette articulation est arthrosique et inflammatoire sans être source de douleur.

Néanmoins dans certains cas, votre chirurgien localise la douleur dans cette articulation. Le traitement premier reste alors le traitement médical : repos, anti-inflammatoire, et parfois infiltration.

Seule une arthrose acromio-claviculaire résistante au traitement médical devra être traitée par chirurgie.
Il s’agit alors de supprimer les contacts douloureux entre la clavicule et l’acromion. Pour se faire, on réalise une résection du centimètre externe de la clavicule. Cette chirurgie est réalisée sous arthroscopie et comporte plusieurs étapes :

  1. Le nettoyage de l’inflammation sous l’acromion, appelé bursite.
  2. Une acromioplastie, un rabotage de l’acromion qui est souvent dystrophique à cause de l’arthrose acromio-claviculaire.
  3. Une résection d’un centimètre externe de la clavicule afin de supprimer le contact douloureux entre la clavicule et l’acromion.
  4. Parfois un geste sur le tendon du biceps est associé, car le chef long du biceps est intra articulaire. Il est souvent très inflammatoire et participe à la douleur. Une ténotomie ou une ténodèse sera proposée en fonction des constatations per-opératoires

POSER VOTRE QUESTION SUR LES PATHOLOGIES ACROMIO-CLAVICULAIRES

Nos chirugiens vous répondent 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Une prise en charge axée sur :

Une relation de proximité

Une expertise

Une prise en charge de la douleur

Un retour rapide à la mobilité